Action
Être

Se remettre en mouvement

Il y a quelques temps, sur Instagram, je disais que je me remettais tout doucement en mouvement. Comme je l’expliquais dans ce poste, mon corps n’a pas voulu suivre ma tête. Mon cerveau, au bout d’un moment, a décidé de s’arrêter de tourner. Mon énergie était quasi inexistante et je ne parle même pas de ma volonté. Bref, je me suis écoutée, j’ai suivi mon cœur et j’ai pris des vacances. Seulement, au bout d’un moment, cette nécessité s’est transformée en peur. La peur de reprendre un rythme qui ne me correspondait pas. Le peur de ne pas savoir m’écouter si je me remettais à écrire. Pourtant, j’aime ça. Et j’en avais envie. Mais la peur me paralysait. Aujourd’hui, je vais donc vous parler de comment je me remets en mouvement, tout en m’écoutant.

Le poste en question… N’hésitez pas à venir me suivre 😉

Se remettre en mouvement en étouffant la peur

La première étape pour moi a été d’étouffer la peur. Je n’ai pas exactement suivi mes propres conseils sur le fait de surmonter ses peurs en 7 étapes. Ou, du moins, je n’ai pas suivi toutes les étapes dans l’ordre. Rebelle jusqu’au bout, même face à moi-même, je suis incapable de suivre une recette sans suivre mon intuition du moment.

Étouffer la peur en étant rebelle

Ainsi, j’ai suivi ma première étape car elle est pour moi fondamentale : respirer, me redresser et sourire. J’ai également ajouté un petit plus qui me fait toujours du bien pour évacuer ou simplement exprimer mes émotions : j’ai chanté. Chanter à pleine voix, ça a toujours été un exutoire quand j’en ai besoin et un remonte moral.

Une fois les émotions négatives sorties (ou, du moins, une partie et momentanément), je sauté à l’étape 6 : vivre le moment présent. Pour ça, selon mon état, différents moyens sont possibles. J’ai souvent parlé de méditation ici mais je ne pense pas avoir parlé du sport. Pourtant, à ce moment-là, c’est exactement ce dont j’avais besoin!

Ça fait plusieurs mois maintenant que je fais une séance de sport d’environ 30 minutes le matin, avant de faire quoi que ce soit d’autre. Sauf que j’avais arrêté ça à peu près en même temps que j’ai arrêté d’écrire ici. Et donc, j’ai repris ça début août. Pour moi, il n’y a rien de mieux pour se vider l’esprit, être connecté à son corps et au moment présent tout en se donnant de l’énergie pour la journée à venir. En plus, il s’agit d’une action concrète, tout comme je le recommande à l’étape 3 pour surmonter ses peurs.

Un sommet de Kauai
Des fois, le saut à faire pour se remettre en mouvement est moins haut qu’il semble l’être

Ces étapes m’ont permis de passer à l’étape 4 : être moi-même. La peur m’avait emmenée dans un état second qui ne me correspondait pas. Et donc, en étant moi-même, je suis parvenue à faire l’étape 2, c’est-à-dire lister les points positifs. Vraiment, j’aime écrire et faire le point par écrit a pour moi bien plus de force que de les penser ou de les dire.

Croire en soi et passer à l’action

Arrivent donc pour moi les étapes les plus compliquées. Croire en moi et, dans ce cas-ci, passer à l’action. Je suis le genre de personne à constamment tout remettre en question, à commencer par moi et en continuant avec mes projets.

Croire en moi est donc un défi constant et, pour ça, j’ai suivi mes 8 actions concrètes pour croire en soi. Mon passage à l’action dans ce cadre a été, comme vous l’avez peut-être remarqué, de finalement lancer mon podcast. Pour la petite histoire, je l’avais enregistré fin juin. Il m’aura donc fallu deux mois entre l’enregistrement et la publication. Entre remise en question et syndrome de l’imposteur, la clef est, encore et toujours, de croire en moi.

Moi à Pearl Harbor
J’ai vécu un rêve, j’ai vécu à Hawaï. Alors oui, crois en toi bordel! Tout est possible!

Dernière étape donc. Passer à l’action. Et là, l’indécision. Cet article à écrire pour remettre le pied à l’étrier, je l’écris dans le cadre de mon défi comme si de rien n’était ou je parle de quelque chose qui me tient à cœur en ce moment, de quelque chose où les mots vont couler et se dérouler devant mes yeux sans que j’aie à y penser ? Finalement, je me suis écoutée. Je me suis installée devant mon ordinateur, j’ai dit “5… 4… 3… 2… 1… GO!” et j’ai commencé. Comme vous l’aurez remarqué, j’ai laissé les mots couler.

Et l’étape du voyage ? Dans ma tête se déroulent plusieurs voyages. Un voyage que je prépare. Un voyage passé. Un voyage vers mon avenir. Un voyage vers mon moi intérieur.

Se remettre en mouvement tout en s’écoutant

Je me suis donc écoutée, j’ai suivi mes propres conseils. Pas mal, je peux être fière de moi! Oui, je me félicite de temps en temps. L’air de rien, ça fait du bien au moral. Je l’ai fait, je suis passée à l’action! Mais alors, comment vais-je m’organiser pour continuer à m’écouter tout en continuant à créer ?

D’abord, je ne vais pas m’obliger à suivre mon défi à la lettre. De toute façon, je l’ai déjà raté. Mais je compte bien le finir. Aller au bout du récit de mes voyages. Peut-être même ajouter ceux que j’ai fait en restant en Belgique.

Je compte bien les écrire tout simplement parce que je les revis en les écrivant, je les rends un peu intemporels et inoubliables en les publiant et j’en réapprends quelque chose avec le recul. C’est donc tout bénef!

Mais je ne veux plus me mettre une pression toute seule à “devoir” les publier absolument chaque semaine. Si une semaine j’ai envie d’écrire autre chose, j’écrirai autre chose. Si j’ai juste envie de publier un épisode de podcast, je ne publierai qu’un épisode de podcast.

Je pense que ce qu’il s’est passé durant cet été, cette nécessité de faire une pause suivi de cette incapacité à reprendre était une sonnette d’alarme. J’ai fait un burn out. Je n’en suis toujours pas totalement sortie. Pas besoin que je me remette dedans en me mettant la pression toute seule!

Pourquoi se remettre en mouvement est compliqué ?

Pour finir, j’aimerais préciser pourquoi c’est normal d’avoir difficile de se remettre en mouvement. Parce que oui, c’est compliqué. C’est compliqué parce qu’on s’installe dans une certaine routine. Et casser une routine demande de l’énergie.

On se laisse vivre, on reste sur sa trajectoire en se laissant aller par simple inertie. Pour pouvoir dévier et recommencer à avancer dans la direction que l’on veut, celle qui nous fait du bien, celle qui nous inspire, ça demande de l’énergie. Et ça demande du courage. Le courage de vaincre ses peurs. Le courage de ne pas faire attention au regard des autres. Les courage de se regarder en face. Le courage d’être soi. Le courage de suivre ses rêves.

Alors oui, se remettre en mouvement, c’est compliqué. Mais qu’est-ce qu’on est bien une fois qu’on l’a fait! Bien et fier.

Je suis bien, je suis contente et je suis fière d’avoir écrit cet article.

Alors surtout, plus que jamais ayez le courage de rêver, de voyager et d’être vous-même!

À bientôt,

Amandine

PS : Avez-vous des trucs spécifiques pour vous remettre en mouvement ?

Partager :
  •  
  •  
  • 3
  •  
  •  
    3
    Partages
  •  
  •  
  • 3
  •  

2 commentaires

  • Dédé

    Alors déjà pour commencer : ♥

    Pas évident de se remettre en mouvement, je comprends… Aujourd’hui je reprends le travail, et depuis le temps je croyais que ça allait le faire comme sur des roulettes… et puis j’ai fait 2-3 cauchemars (toujours le même avec des nuances en fait) ce qui m’a fait réaliser que je devais reprendre vraiment les choses en main si je voulais que ça marche. Du coup, depuis une semaine, gros travail de “remise en mouvement” : à la fois prendre mon temps pour profiter de mes derniers jours de “liberté” sans culpabiliser, mais aussi faire des trucs que j’aime (séries, expos, lecture au soleil…). Oh, et mettre la musique à fond et danser tout mon saoul quand personne ne regarde (ça ressemble à tes chants, non ?).

    Et du coup, ce matin je réalise que j’ai envie d’aller bosser, découvrir ma nouvelle équipe et mes nouveaux projets. Et l’objet de mes cauchemars ? J’ai presque envie que ça arrive pour en être débarrassée pour toujours.

    En tout cas gros bisous à toi, je sais qu’on va continuer de bouger ♥

    • Amandine Bertrand

      Bon courage pour cette reprise! Je suis certaine que ça va aller dans cette nouvelle équipe, avec ce nouveau projet, etc. 😉
      Tu as bien fait de profiter de ces instants de liberté… Et en même temps, j’espère que tu auras l’occasion de continuer à les goûter après cette reprise! Parce que, c’est vrai, mettre la musique à fond, on n’a pas besoin d’évacuer quelque chose pour le faire, ça fait toujours du bien, peu importe la forme dont on en profite 😀
      Du coup, tu as raison, continuons à bouger ensemble! ♥

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

​Rendre sa vie plus belle grâce au voyage | ​Si vous le voulez, ​mon livre est à vous!