Parachute
Triompher des difficultés

La peur n’est pas une excuse

Oui, c’est vrai, vous n’aimez pas votre vie à l’heure actuelle. Vous rêvez de quitter votre job pour en faire un autre. Et vous savez lequel! Vous vous y voyez déjà… Et pourtant, impossible de sauter le pas! Quitter un CDI ? Affronter le regard de vos collègues ? De vos proches ? Et pourquoi ? Pour aller vers la possibilité d’échouer ? Ou de s’être trompé ? Ca ne va pas la tête ?! Évidemment, je vous comprends. L’idée de tout quitter pour lancer ma boîte et faire le tour du monde me fait peur… Mais la peur n’est pas une excuse!

Avez-vous réellement envie de vivre la même vie dans 5 ans ? 10 ans ? 20 ans ?! Très peu pour moi! Être toujours enfermée dans cette vie qui ne me convient pas, avec des « et si » en tête, c’est ce que j’appelle une vraie torture. Et si j’avais osé ? Et si j’avais agis ? Est-ce vraiment impossible de sortir du métro, boulot, dodo ? N’ai-je pas le droit, moi aussi, de vivre cette vie qui me fait tant envie ? Et si j’échouais, après tout, que se passerait-il ?

La peur de l’échec

Ah cette jolie peur de l’échec… Combien de vocations ont été reniées en son nom ?

Sous cette peur, plusieurs autres se cachent. Qu’est-ce qui me fait le plus peur en cas d’échec ? Le regard des autres ? Leurs commentaires ? Le fait d’avoir mon égo blessé ? Les potentielles conséquences improbables que mon imagination m’envoie ?

Je ne sais pas ce que vous avez répondu. De mon côté, pendant très longtemps, ça a été les commentaires des autres. De mes collègues. De mes proches. Même si je ne peux pas dire que ça ne me ferait rien, je dois bien avouer qu’à l’heure actuelle, cette peur de l’échec est dirigée d’une autre façon… c’est d’avoir mon égo blessé.

Rien que le fait de l’écrire me demande de surmonter cette peur. Ca m’expose d’autant plus à vos remarques, vos jugements, vos critiques. Et pourtant, c’est ma vérité. Au fond de moi, une petite voix m’assure que j’en suis capable, que je peux le faire. Et si je me trompais, ma fierté en prendrait un coup. Pourtant, est-ce que ce coup serait pire que de ne rien faire ?

Ca ferait mal… Mais on se remet d’un échec. On apprend. On grandit. Le coup n’est qu’éphémèrement. Ne rien faire est une torture au quotidien. Alors entre le coup que je ne suis pas certaine de prendre et la torture quotidienne, j’ai fait mon choix. La peur n’est pas une excuse… et pourtant.

La peur de la réussite

Ca peut paraître étrange… Mais j’ai aussi peur de réussir. À nouveau, derrière cette peur se cachent plein de choses différentes qui se recoupent parfois avec la peur d’échouer. Il peut y avoir, encore, la peur du regard des autres, la peur du décalage que ça créerait par rapport à mon entourage, le peur de prendre la grosse tête (oui, encore l’égo), la peur des responsabilités qui iraient avec, la peur de me limiter toute seule, la peur d’interagir avec des gens qui n’auront pas nécessairement le même parcours que moi, …

Il y a tellement de peurs qui s’entrechoquent! Pour ma part, je ne pourrais pas dire laquelle est la prédominante à l’heure actuelle. Mais je suis certaine qu’elles sont toutes là, entremêlées, me parlant tour à tour.

Et si, finalement, toutes ces peurs se résumaient en la peur de l’inconnu ? Cette peur qui apparaît quand notre imagination prend le pas sur les faits. Connaissant mon imagination débordante, c’est possible… et même probable!

Donc, est-ce plus important pour moi d’écouter les peurs dictées par mon imagination ou mon mal-être réel actuel ? Non, ce ne sera pas la peur, la peur n’est pas une excuse!

La peur n’est pas une excuse

Non, elle ne l’est pas. Prendre une décision, c’est difficile. Mais rien ne nous empêche d’ajuster cette décision par la suite si nous nous rendons compte qu’elle ne nous convient pas. (Et, en soi, ne pas prendre de décision EST une décision.)

La peur étouffe. La peur endort. Alors que l’action nourrit. L’action réveille.

Je n’ai pas envie de m’endormir dans une vie qui ne me ressemble pas. Alors, malgré la peur, j’agis. Chaque jour, un petit pas. Ca a l’air ridicule comme avancée quotidienne… Et pourtant! Ca fait un an que j’écris des articles ici. J’avais tellement peur de m’exposer sur la toile! Mais j’ai agis et maintenant je revis.

7 jours pour rompre le cycle infernal du métro, boulot, dodo

Téléchargez votre guide gratuit pour démarrer votre nouvelle vie loin de cette vie morne et sans saveur! Le mode automatique ? Le stress ? Au revoir!

Au début, ce n’était pas tout-à-fait ce qu’il me fallait alors j’ai réajusté. J’ai un peu ré-exploré le champ des possibles. Et là, dans tout ce parcours, dans tous ces petits pas qui n’ont l’air de rien, j’ai découvert le coaching. Je veux dire, j’ai envisagé la possibilité que je sois coach.

Un pas après l’autre, me voici presque arrivée au point de bascule. Ce moment où je ne suis pas encore vraiment coach, ce moment où je ne suis pas encore vraiment entrepreneure, mais ce moment où je ne suis plus vraiment chercheuse non plus, ce moment où je clôture tout pour pouvoir tourner sereinement la page.

Je sais que je suis sur une période charnière. Je vois tout ce qui ne me convient pas et que je serai bientôt soulagée de quitter… tout en voyant tout ce que je laisse derrière moi. À nouveau, la peur de prendre la bonne décision réapparaît. Oui, je vois de plus en plus clairement toute les difficultés qui sont devant moi. Mais ce n’est rien face à tous les avantages vers lesquels je vais. Cette vie qui me convient.

Comment surmonter la peur ?

J’avais déjà écrit un article sur le sujet mais il y a toujours moyen de trouver d’autres façons de faire. Par exemple, le fait d’avoir une vision claire du chemin que l’on veut parcourir aide énormément. Faire le point ne peut donc pas faire de mal (je ferai certainement un article sur le sujet).

Sinon, s’organiser peut aussi aider. Cet article peut vous y aider. Il va à l’encontre de toutes les méthodes que l’on enseigne habituellement mais reste pour moi l’essentiel à retenir en la matière.

J’en parle souvent sur ce blog, mais profiter du moment présent est un réel bienfait. Et il aide évidemment aussi pour surmonter ses peurs.

Et le premier pas à faire ?

Quand la peur m’empêche d’avancer, j’ai tendance à me poser cette question : Qu’est-ce qui est le plus important pour moi, cette peur ou ma vie de rêve ?

J’espère que ça vous aidera autant que ça m’aide.

Et, comme toujours, rêvez, voyagez et soyez vous-même!

À bientôt,

Amandine

Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *